Frédéric Kaczor « Serial Challenger »

Frédéric Kaczor « Serial Challenger »

frederic-kaczor

Ce perfectionniste des lignes graphiques et de la couleur relève avec une passion sans faille les plus gros challenges internationaux depuis 2009. Une quête du trophée qui ne l’éloigne pas pour autant des réalités du salon de coiffure. Découverte d’un artiste sensible et insatiable.

Quand les projecteurs s’allument et que l’adrénaline est encore plus vitale que l’air qu’il respire, Frédéric Kaczor se sent pousser des ailes. Depuis 2009, ce Limougeaud de cœur sort de son salon FL Coiffure pour vivre la passion du challenge : il n’aligne pas moins de sept victoires au Goldwell Color Zoom et quatre autres au Hairdressing Awards Schwarzkopf Professional.
Même si cela ne pouvait être qu’une évidence, Frédéric Kaczor ne s’est pas précipité pour décrocher les trophées : « J’ai préféré suivre un parcours progressif : affûter mes armes dans plusieurs enseignes de renom, être au top au niveau des techniques, parvenir à une certaine maturité, et me sentir enfin prêt pour aboutir à mon propre univers. » Car celui qui admire le travail à la française de Christophe Gaillet est fan de la Maison Gérard Laurent, adore profondément les jeunes talents comme Pierre Ginsburg, s’inspire du sens du détail de Vidal Sassoon, et a aujourd’hui lui aussi sa propre signature. Un univers très graphique avec cette formidable touche de couleur. « Je me sens aussi bien dans l’univers de la géométrie que dans celui de la chimie, poursuit le coiffeur coloriste. Je suis un artiste à plusieurs facettes, je peux aussi bien faire de l’anglo-saxon, que du pur français en passant par le style américain. »
Cette attirance vers les podiums et le besoin insatiable de relever les défis ne l’éloignent pas pour autant de son salon, installé au centre de Limoges : « J’ai besoin aussi de garder les pieds sur terre, de retrouver la réalité du quotidien. Les strass et les paillettes, c’est fabuleux, mais échanger avec mes clients m’aide également beaucoup à construire mon identité artistique. » Frédéric Kaczor se souviendra toujours du jour où à 16 ans, il décroche sa première place d’apprenti chez Pierre Daudet, un des plus grands salons de Limoges du moment : « Je n’oublierai jamais la délicieuse sensation de me retrouver dans ce salon, même si ce n’était, au début, que pour passer des coups de balai. Cette passion, 26 ans après, ne m’a jamais quitté. Quand on pratique ce métier avec cette flamme intérieure, la routine ne s’installe jamais. »
Le secret de cette indestructible motivation ? Une remise en question permanente. Artist Partner Goldwell, Frédéric continue à se former pour développer ses compétences et apprendre toujours plus (formation collection Angelo Seminara, Tony& Guy…). « J’aime échanger avec des personnes qui te poussent à sortir de tes retranchements, te convainquent d’aller encore plus loin. » Pour 2017, ce « challenger » poursuivra sa quête du beau à travers ses propres collections et préparera les visuels du prochain Goldwell Color Zoom. On l’aura compris, Frédéric Kaczor a fait l’impasse sur sa vie privée car la sienne n’a de véritable sens que sur les podiums ou derrière un fauteuil. Mais dans ses yeux, aucun regret, seulement la formidable étincelle de ceux qui veulent mourir sur scène.



Offrez cet article à votre meilleure amie. Profitez de cette occasion pour lui prouver votre amitié !