Behind the scene #02

 

Suite des fabuleuses aventures capillaires d’un de nos plus grands coiffeurs de Studio. Nicolas Jurnjack nous ouvre en exclusivité son album perso. Nous le retrouvons sur le shooting de Vogue Italie, spécial Beauty qui paraîtra en novembre 2014.

Propos recueilli par Laure-Emmanuelle Bonilla
Photos : © Vogue Italia - photo David Dunan


Le 3 août, je reçois le mail d’un photographe avec lequel je travaille souvent. « J’ai un shooting beauté à faire en urgence pour le Vogue Italie. La fille que j’ai eu du mal à avoir, doit prendre un avion à 19h et la rédactrice est très stressée. Je préfère t’avertir, ce sera juste une histoire de make-up, donc quasi rien à faire côté cheveu. »

Voilà  comment je me suis retrouvé à 8h du mat, dans un studio sous les toits et sans fenêtre où il fait déjà 30 degrés. Au bout d’une heure et demie, la maquilleuse livre son premier look. Tout le monde se précipite et je comprends vite que personne n’est convaincu. La maquilleuse reprend son travail et... à presque 13h, nous n’avons toujours pas shooté une seule image. Rien n’en sort. L’ambiance est tendue et la chaleur est écrasante. La rédactrice me demande de sauver la mise avec la coiffure. Or, je n’ai prévu aucun accessoire. Je saute dans le métro et cours chez moi pour récupérer tout ce que je peux, notamment un sac de pièces blond platine non utilisées que j’avais réalisées pour une autre série de Vogue, deux ans auparavant.

De retour au studio tout le monde m’attend et je sens une grosse pression : ça allait être ma fête ! La rédactrice me dit : « Fais ce que tu veux, le numéro s’appelle Sculptural, Franca veut de l’unique et du spectaculaire ! »

Vingt-cinq minutes après avoir fini la coiffure, j’attends le verdict avec anxiété. La rédactrice lance un « Stupendo ! » enthousiaste. J’avais tout fait au feeling sans me poser de questions, sans rien préméditer. C’est pourquoi cette séance reste pour moi un souvenir exceptionnel. Nous avons shooté la cover, plus six pages et le modèle est même arrivé en avance à l’aéroport !

Recette d’une coiffure exceptionnelle

Prendre une bonne dizaine de paquets de Kanekalon (fibre synthétique), les raidir à la vapeur pour les rendre lisses comme du cheveu asiatique. Passer plusieurs couches (3 à 4) de colle à bois diluée à l’eau (la colle à tapisserie ultra forte marche aussi). Le conseil de Nicolas : « travaillez avec un soin et une délicatesse extrême, comme pour dépoussiérage des précieuses porcelaines de votre arrière grand-mère ».

Le compte Instagram de Nicolas Jurnjack : https://www.instagram.com/nicolasjurnjack/