Behind the scene #03

 

Suite des tribulations de notre coiffeur de mode préféré. À la découverte d’un métier ou les plus grandes satisfactions côtoient les pires déceptions.

Propos recueillis par Laure-Emmanuelle Bonilla
Photos : © Photos : D.R.


“Le 20 mai 2018, une des  plus grandes maisons de prod et d’événements au monde m’appelle et me propose de réaliser des coiffures à l’occasion des 50 ans de Cartier. Les plus belles pièces du siècle seront exposées au Louvre, du 18 au 25 juillet. Les recommandations de la maison Cartier  sont les suivantes : “Surtout pas de cheveux. Pas de chignons extravagants, ringards. La coiffure doit être précise et détaillée. De texture légère avec de la transparence et des couleurs variées qui correspondent aux pierres.”

Je pars illico chercher du tulle au marché Saint-Pierre. Je présente trois looks, immédiatement validés. “Il faudra 14 têtes toutes de couleurs et de styles différents, nuques et oreilles dégagées pour ne pas faire de l’ombre aux diamants, rubis, émeraudes…”, dixit le boss de Cartier. Avec quatre assistants et dix-huit jours de préparation non stop, le travail est titanesque. La veille de l’événement, toutes les têtes sont validées avec forces félicitations, à en rougir !

Le lendemain matin, 8h30, coup de fil du big boss de la prod, des sanglots dans la voix : “Hier soir, les grosses huiles du groupe Richemont (propriétaires de Cartier) ont décidé de ne pas suivre les désirs de la marque. Plus de stylisme, ni de coiffure. Les bijoux seront présentés sur acajou en vitrine.”

Tout ce travail pour rien. La production a réussi à sauver quelques pièces pour les exposer dans les vitrines Cartier, à l’étranger. La directrice de Cartier a gardé deux têtes et mes assistants en ont eu chacun une.

Je me suis retrouvé avec quatre têtes sur les bras et des mètres et des mètres de tulle que j’ai réussi à recycler lors de futurs shootings.”

La recette de Nicolas

Pour une tête (tête rouge) :
– choisir 6 mètres de tulle aux tons mélangés dans la même famille de couleurs ;
– utiliser 3 000 à 4 000 mini-agrafes pour agrafeuses de bureau ;
– réaliser le montage nuque et côtés en 500 micro-papillons de trois rouges variés.

Le compte Instagram de Nicolas Jurnjack : https://www.instagram.com/nicolasjurnjack/