Avec Urban Keratin, la coloration monte en gamme

urban-keratin.jpg

À l’occasion de la nouvelle gamme de coloration, Luxe Color, Bernard Bigiaoui et Mélodie Audouin, cofondateurs d’Urban Keratin, reviennent sur leur démarche et expliquent leur vision de la coiffure 

Le lancement d’Urban Keratin en France, aux prémices du boom du lissage brésilien, vous a fait connaître sur le marché de la coiffure. Depuis, quels ont été vos principaux défis ?
En lançant Urban Keratin, il y a huit ans, sur le segment du lissage brésilien, nous avions dès le départ, l’objectif d’en faire une vraie marque de coiffure. C’est pourquoi nous avons depuis développé des soins, à base de poudre de diamant, une coloration sans ammoniaque avec un concept 3.0, alliant trois soins grâce à une association de kératine, poudre de diamant et acide hyaluronique. Mais nous avons également mis au point des coiffants, des couleurs crazy (NDRL : les Urban Crazy), un démaquillant capillaire, un spray de soin 10 en 1, une gamme From St Tropez pour les blondes et brunes… Nous sommes à l’écoute du marché de la coiffure, à l’affût des tendances, des innovations et de ses évolutions, partout dans le monde. Ce qui nous importe, c’est la qualité du produit, celui qui apporte une vraie valeur ajoutée pour les cheveux. Notre autre grande préoccupation est de donner, avec une nouvelle offre, l’opportunité aux coiffeurs de se différencier.

Le lissage est-il aujourd’hui un service en perte de vitesse avec notamment, la réapparition des boucles ? 
Aujourd’hui, il y a beaucoup moins de marques sur le marché du lissage brésilien, c’est pourquoi on en entend moins parler. Cependant, la demande de la part d’une clientèle aux cheveux frisés, secs, fragilisés et difficiles à discipliner est toujours présente. Le lissage brésilien reste le meilleur soin profond pour ces types de cheveux. Nous ne notons aucune perte de vitesse du lissage, devenu un service à part entière dans les salons de coiffure qui le proposent.


Aujourd’hui, vous lancez Luxe Color. En quoi cette gamme est-elle innovante sur le marché français ?
Il s’agit d’une coloration soin au positionnement premium, pouvant couvrir toutes les demandes, sans pour autant changer les habitudes des professionnels. Un service technique haut de gamme, à des tarifs très attractifs pour le coiffeur. Donc une vraie opportunité économique pour eux, leur permettant de faire des marges importantes. 


Que pensez-vous de la vague de la coloration végétale ?
Elle est tendance, mais elle est très contraignante. Elle sera donc difficile à développer à grande échelle et ne concernera qu’un nombre limité de salons.


Luxe Color se positionne-t-elle sur le secteur du naturel ?
Au cœur de la formule de Luxe Color, il y a une fleur d’une rare longévité, l’orchidée. Il s’agit d’une alliance de trois variétés d’orchidées des plus performantes, cultivées dans le Var, pour offrir un complexe de soin intégré à la coloration. Nous sommes cependant sur un formulaire de coloration d’oxydation avec un système de numérotation et de mélanges habituels pour le coiffeur.
On retrouve cependant la déclinaison de cette formule dans tout un univers de soins : bains, nectars, élixirs et rituels pour apporter jeunesse et éclat aux cheveux colorés. Luxe Color, inspirée du monde de la cosmétique (NDLR : en référence à la crème Orchidée Impériale de Guerlain) est le résultat de deux ans de recherche, en collaboration avec des chimistes. Le plus long a été d’identifier les orchidées à même de développer de réels bienfaits pour le cheveu. 
Pour l’ensemble de nos formulations, notre cahier des charges est clair : des produits sans SLS, sans parabènes, parfum de synthèses et colorants. Nous travaillons avec huit laboratoires différents en France et en Italie, de façon à garantir notre indépendance
et nous permettre une plus grande flexibilité. En revanche, tous nos conditionnements sont réalisés à
 Lyon où se situent nos entrepôts (sur 1 800 m2) ainsi que la partie logistique.


Quelle est votre stratégie de lancement ? 
Nous travaillons avec nos distributeurs partenaires que nous mettons en avant et nous proposons des ventes sur Internet à des prix réservés exclusivement aux professionnels. Nous consacrons par ailleurs, un important budget de communication, de 250 000 euros, afin de faire connaître la marque. 


Quel soutien comptez-vous apporter aux coiffeurs à la revente de Luxe Color ?
Notre objectif est de favoriser économiquement le coiffeur. La plupart des marques augmentent régulièrement leurs prix que les coiffeurs n’arrivent pas à répercuter sur leurs tarifs, car ils ont du mal à facturer plus cher leurs services techniques. Résultat, chaque année, la marge des coiffeurs se réduit avec, facteur aggravant, une baisse de la fréquentation entraînant une baisse du chiffre d’affaires. Notre tube de coloration, réservé aux professionnels, est au tarif de 7,40 euros et nous faisons en sorte que nos coiffeurs partenaires puissent bénéficier régulièrement de ventes privées permettant des réductions de l’ordre de 50 à 60 %. Comme il s’agit d’une coloration haut de gamme, elle peut être proposée à un tarif à la hauteur de son positionnement. Ainsi, la marge des coiffeurs peut être très confortable.
Bien sûr, pour soutenir les ventes et la visibilité de la marque dans les salons, nous développons en parallèle tout le matériel marketing et PLV déployant l’univers du luxe. 


Comment vous positionnez-vous sur les réseaux sociaux ?
Notre community manager s’occupe de gérer les influenceuses, nos pages Instagram et Facebook. Nous avons une communauté de 70 000 personnes qui nous suivent et 10 000, déjà sur Luxe Color. Notre site Internet dédié développe la vente aux particuliers, mais uniquement pour les soins et aux mêmes tarifs que ceux pratiqués par les coiffeurs. Nous organisons également de nombreux concours avec les blogueuses… le but étant que le client final connaisse la marque et vienne la demander à son coiffeur. Luxe Color doit être bien identifiée afin qu’il y ait de la demande. Sur les réseaux sociaux, nous avons avant tout le souci de développer la notoriété des coiffeurs et de nos distributeurs partenaires.


Mettez-vous l’accent sur la formation ?
Depuis son origine, liée au lissage brésilien, Urban Keratine a toujours développé la formation sur nos produits et techniques. Nous la proposons chez notre réseau de distributeurs, mais aussi via des tutos sur Internet pour montrer de nouvelles astuces. Notre ligne téléphonique dédiée à la technique est aussi là pour répondre à toutes les questions des professionnels. La réponse à certaines questions récurrentes est également publiée sur Facebook et traitée sous forme de tuto. Avec sa gamme de 60 nuances et sa déco innovante qui décolore jusqu’à neuf tons en intégrant un Plex, Luxe Color permet de répondre à toutes les attentes. Tout en offrant des résultats d’une grande cosméticité.


Quel est votre objectif ?
Atteindre 5 millions de chiffre d’affaires dans cinq ans.


Quel est votre prochain défi ?
Nous travaillons actuellement sur le développement d’une marque végane, punchy et fruitée. Il y a une vraie demande actuellement pour des produits respectueux de l’environnement, de l’homme et des animaux développant une éthique forte. Ainsi, nous lançons Vegan Cocktail en septembre, en même temps que Luxe Color.

 


Votre plus grande fierté ?

Avoir développé une marque luxueuse en France et être présent dans 25 pays.

Votre plus grand regret ?

Avoir attendu quatre ans pour faire notre premier lancement de produit de coloration. Aujourd’hui, nous savons être plus réactifs. La preuve, une gamme n’est pas encore sortie que nous prévoyons déjà le lancement d’une autre.
 




Offrez cet article à votre meilleure amie. Profitez de cette occasion pour lui prouver votre amitié !