Anthony Mascolo

 
echos-coiffure-magazine-portrait-anthony-mascolo.jpg
 

Nourrir les talents de demain

Mordu de photos et de coiffure, créateur d’œuvres d’art à ses heures, Anthony Mascolo n’en finit pas de déployer ses talents. Comme le confirment sa fonction de directeur artistique pour Tigi et celle d’éditeur avec son nouveau magazine Infringe.

Par Joséphine Hopper
Photo : D.R.


On ne sait pas par quel bout prendre Anthony Mascolo. Seule certitude : c’est une boule d’énergie. D’ailleurs, lorsqu’on lui demande qu’elle est sa devise préférée, il répond : “You never fail, you only try” (vous n’échouez jamais, vous essayez seulement). Une volonté de fer, empruntée à son père italien et coiffeur, qui risque tout lorsqu’il débarque à Londres, fin des années 40 avec sa jeune famille, sans argent, sans travail et sans parler un mot d’anglais. Cadet d’une famille de cinq garçons dont quatre coiffeurs, Anthony Mascolo n’a jamais songé à emprunter un autre chemin que celui qui lui était tracé. La voie lui a été ouverte lorsqu’il a 12 ans : il passe alors ses vacances à faire des shampoings. À 15 ans, il quitte l’école et se perfectionne en coiffure. Il travaille d’abord dans le salon familial de Streatham, au sud de Londres. Grâce à son frère Bruno, il est sur des tournages à travers le monde, aiguise ses techniques. “Il m’a tout appris”, avoue Anthony. Au début des années 80, il commence à expérimenter la photographie après avoir été déçu par plusieurs séances : “Les photographes ne capturaient pas le cheveu comme je le voyais”, souligne Anthony. Il se lance alors avec énergie et passion dans des images créatives. À partir de là, Anthony n’écoutera que son intuition, laissant son insatiable curiosité se nourrir de tout : livres, films, mode de rue, art, musique, architecture, design… Dans toutes ces disciplines, il pioche des éléments, les mixe, les juxtapose et la diversité devient sa signature. Après avoir occupé le poste de directeur artistique chez Tony&Guy, une enseigne créée par ses frères pendant plus de trente ans, il renonce en 2002 à racheter une partie de l’entreprise pour se concentrer sur la croissance internationale de Tigi. Devenu directeur artistique international de la marque, il crée avec Pat, sa femme, maquilleuse, le studio de photos Bed Head à Londres. Pendant plusieurs années, ils développent une équipe créative de coiffeurs pour Tigi. Après Londres, ils développent les académies de New York et de Milan. Ils produisent les collections les plus tendance, saison après saison.

1957
Naissance à Londres.
1988, 1990 et 1995
Remporte le prix du coiffeur britannique de l’année.
2002
Devient directeur de création de la marque Tigi.
2017
Lance son magazine Infringe dans le monde entier.

Au fil du temps, Anthony remporte à trois reprises, le prix du coiffeur britannique de l’année ainsi que des trophées dans différentes catégories. Anthony agrandit son champ d’actions. Il devient président monde de l’Alternative Hair, une organisation qui propose notamment chaque année, une soirée artistique de haut vol. “Ce n’est pas seulement une merveilleuse expression de la créativité dans le domaine de la coiffure, c’est aussi une énorme levée de fonds pour la recherche et la lutte contre la leucémie. Plus de £ 12 millions ont été recueillis.”

Toujours, épaulé par sa femme, Anthony travaille d’arrache-pied pour soutenir les coiffeurs dans leur travail au quotidien. “Tous les professionnels sont créatifs et il est important de faire grandir les talents. Et les produits capillaires sont un atout important.” La team artistique d’Anthony Mascolo est une tribu. Une famille où chacun aiguise la créativité de l’autre. Penser autrement, regarder, flairer de nouvelles idées et les partager avec l’équipe pour mieux stimuler sa propre réflexion. En 2010, il achète The Library Space, un bâtiment classé – il abritait autrefois une bibliothèque victorienne ouverte par la famille Tate – situé à Battersea, au sud de Londres. “Mascolo Space est mon cocon, mon studio personnel où j’entasse toutes mes archives, mes réalisations et où une équipe de créatifs travaille sur des projets.” Comme le magazine de photos, Infringe, Anthropologie of Hair, lancé en 2017, avec sa femme et ses enfants, Joshua, Georgina et Alexandra : il explore à travers des textes et des photos inédites, l’univers du cheveu. “Un vrai recueil, une interprétation artistique et culturelle à la fois mais toujours hors norme. Le numéro deux est sorti au printemps dernier. Mais avant d’arriver à ce magazine, nous avons travaillé sur une version en ligne, très prisée par la jeune génération. Et, nous pouvons constamment la mettre à jour.” Cet homme de famille et joueur d’équipe a toujours su s’entourer avec un lien de loyauté et de vision partagé. Il croit fermement en la formation et l’expérience pour aider à développer les talents de demain. C’est la raison pour laquelle, il lance en 2005, les Tigi Inspirational Youth, un  programme poussé de formation pour jeunes coiffeurs. Cours, spectacles, séminaire Tigi, Anthony n’est jamais en panne d’inspiration. “Le partage est si gratifiant, il vous rend plus créatif”.

Son compte Instagram : https://www.instagram.com/anthonymascolo57/