Laurent Micas

 
echos-coiffure-magazine-portrait-laurent-micas.jpg
 

Quand le talent émerge

Il a créé la surprise à Lyon. Son show, à la fois drôle, poétique et glamour a apporté sa note d’originalité et de modernité au plateau coiffure. Mais quel est donc cet OVNI aux cheveux bleu lagon et chaussures plateforme assorties ?

Par Laure-Emmanuelle Bonilla
Photo : Florian Lévy


Après avoir remporté le prix du Best Emerging Talent en septembre lors du MCB by BS, Laurent Micas aurait été le seul à relever le défi. Réaliser un show en novembre, lors du Beauté Sélection de Lyon. Mais d’où lui vient cet art, de la mise en scène, de la coiffure de plateau, élégante mais actuelle réalisée avec le sourire et une aisance non feinte ? « Le fruit de deux mois de travail intense où tout a été prévu dans les moindres détails », précise-t-il, en s’étonnant que sur scène, tout aille si vite. Sans oublier sa connaissance du terrain. Peut-être l’avez-vous déjà aperçu sur le plateau de la Haute Coiffure française, ou lors d’un show à l’international, en tant qu’assistant d’Eric Zemmour, coiffeur ambassadeur L’Oréal Professionnel ? Une expérience, qui en plus de lui faire goûter aux feux de la rampe, lui a fait découvrir ses coulisses : préparation des coiffures, mais aussi make-up, stylisme, travail des lumières, du son… le jeune homme n’en a pas perdu une miette. Une connaissance qu’il a rapidement souhaité partager en créant un blog sur Internet livrant ses commentaires et photos backstage du travail de l’ensemble de l’équipe des coiffeurs de la HCF. Il avoue avoir été particulièrement impressionné par la minutie et l’univers de Christophe Gaillet. Il cite cependant, en référence ultime, les « sculptures improbables » du coiffeur de studio Nicolas Jurnjack, dont il admire le tour de main de son « lisse, plaqué, glossé » impeccable qu’il associe à des formes d’art contemporain.

2005
Rachat avec sa sœur Laetitia du salon L’Essentiel à Bordeaux.
2010
Shooting de ses propres réalisations et envoi de ses premiers dossiers de presse à la presse professionnelle qui lui ont permis de se faire remarquer.
2018
Vainqueur du Best Emerging Talent où il gagne l’opportunité de réaliser sa première scène au BS de Lyon.

Formateur polyvalent

Du partage de ses expériences au goût de la transmission, il n’y a qu’un pas. « Peut-être un héritage de mon père instituteur ? », avance-t-il. Il a pu l’expérimenter dès son jeune âge, en tant qu’apprenti où il avait déjà la responsabilité de briefer les plus jeunes à la coloration, puis à 19 ans, en tant que responsable technique. Plus tard, auprès de son équipe, dans son propre salon qu’il tenait avec sa sœur à Bordeaux. Mais aussi quand il devait remplacer pour des présentations et des formations, Eric Zemmour au pied levé ou un autre ex-employeur, ID Artiste pour L’Oréal Professionnel. Le sujet le concerne tellement qu’il a été jusqu’à écrire une pétition pour que les programmes scolaires soient davantage en phase avec la réalité du travail en salon. « Passer des heures à réaliser des mises en plis, des boucles sur champs ne sert à rien », s’insurge-t-il.

La discrétion, « je suis très réservé » avoue-t-il, mais aussi la polyvalence est ce qui caractérise le mieux Laurent Micas. Coupe coloration, coiffure pour homme, management, communication… tout l’intéresse. Sans oublier la photographie, il shoote lui-même ses propres réalisations coiffures. Et encore l’histoire, qui le passionne. Aujourd’hui à Nice où il est employé chez Côté Coiffure, il avoue avoir un parcours atypique. Ses projets ? Il n’en manque pas, mais à 41 ans, il dit avoir encore trente ans pour les réaliser. Il n’a donc pas fini de faire parler de lui. Avec l’expérience, le talent et une tête bien faite, on ne saurait en douter.

Son compte Instagram : https://www.instagram.com/laurentmicas/