Ludovic Geheniaux

 
echos-coiffure-magazine-personnalites-ludovic-geheniaux.jpg
 

Déterminé

Les dégradés de ses couleurs respirent la joie de vivre. Le coloriste Ludovic Geheniaux, adulé des femmes, ce chef de clan, a su garder son regard d’enfant… émerveillé.

Par Joséphine Hooper
Photo : D.R.


C’est l’histoire d’un petit garçon qui commence à couper les cheveux des barbies de sa soeur. Il se passionne aussi pour la danse, les animaux, les dessins au pyrograveur. Il grandit dans une famille modeste de quatre enfants dans le nord de la France. Ludovic Geheniaux est déterminé : il veut être vétérinaire. Oui mais voilà, le jeune garçon essuie que des refus dans les cliniques de véto pour son stage d’observation de collège. Il se résigne alors, à passer trois jours dans le salon d’une amie de ses parents. C’est la révélation !

Une année de comptabilité en poche, il part dans un foyer pour jeunes travailleurs et apprend la coiffure. Rapidement, il tape dans l’oeil de sa patronne, Valérie Voreux à Maubeuge. Il observe, acquiert les bases techniques. Il se remémore sans hésitation, ses tout premiers balayages et aime rappeler son déclic : “En observant les femmes sortant des salons, je me suis aperçu que la première des choses qu’elles faisaient était de passer leur main dans les cheveux. Ce fut et c’est resté son premier leitmotiv : créer un style dans lequel la femme se sente elle-même.” Ce qui, dans la profession, se transforme en art, si on l’exerce avec amour et talent. Après cinq ans chez Tchip, il réussit en 2006 son BP et, dans la foulée, ouvre un salon de coiffure dans un village de 100 habitants près de Maubeuge. “Cerise sur le gâteau : l’axe routier avec ses 10 000 véhicules par jour, les parkings et le caviste en face du salon !” Le succès est immédiat. L’année suivante, le jeune homme s’offre une deuxième adresse et très vite, il s’associe avec l’une de ses meilleures amies, Noémie pour ouvrir un autre salon à Jeumont. Tout s’accélère. Ludovic devient formateur pour le groupe Foreign, puis pour Goldwell. Couleurs au salon, plateaux artistiques… Les mois défilent jusqu’au jour où on lui dit que s’il ne parle pas anglais, il ne pourra pas se produire sur les scènes à l’étranger. Qu’à cela ne tienne ! Six mois plus tard, Ludovic met son premier salon en location-gérance et débarque à New York. 

2007
Ouverture à 23 ans de son premier salon près de Maubeuge.
2011
Part travailler à New York.
2014
Revient en France et devient coloriste ambassadeur pour Eugène Perma Professionnel.
2017
Ouverture de son salon parisien.

Sa vie professionnelle à la Big Apple est riche en expériences jusqu’en 2014. Il met au goût du jour les balayages et son style attire des stars. Son enthousiasme, son sens du partage et sa technique exceptionnelle font le reste. En rentrant, il passe trois entretiens chez Eugène Perma Professionnel et devient coloriste ambassadeur pour la marque. Ludovic voyage beaucoup (Asie, Amérique…), réalise des shows, donne des formations, définit de nouvelles tendances et la magie demeure. Toujours chez lui, cette volonté de progresser. ”Le moment où vous arrêter d’apprendre, c’est le moment où vous arrêtez de grandir (…), explique-t-il. L’envie d’être meilleur coloriste qu’hier, c’est ce qui me sort du lit chaque matin.” Fin 2016, porté par sa créativité, Ludovic Geheniaux imagine des techniques de coloration pour une maîtrise parfaite du blond et des pastels. À 33 ans, c’est en coloriste freelance qu’il crée la formation “So Blond” pour Eugène Perma. Son credo ? Que la formation soit accessible à tout coiffeur. Bingo ! Le concept plaît et des dates sont ajoutées au calendrier. Au même moment, pour lui, un projet d’envergure débute : après quatre mois de travaux, il ouvre, en juin dernier, avec son ami Samuel Bordage, un salon parisien (38 rue de Turbigo) en collaboration avec Eugène Perma. Sa devise ? # NoDrama # Coexist # Nolabel. “NoDrama vient de mon enfance. Faire attention à ce que l’on dit, ne jamais s’embrouiller avec la famille ou les amis, c’est vital !”, dit-il. Car, Ludovic Geheniaux est un homme juste, qui attire facilement la sympathie. Un jouisseur de tous les instants, incapable de vivre sans ses amis, sa famille. D’ailleurs, son objet fétiche n’est pas un pinceau mais bien l’alliance de son père, qui ne le quitte pas au doigt. “Elle symbolise l’union de mes parents. Et, mon lien très fort avec papa qui m’aide dans tous mes projets, même les plus fous”, avoue-t-il. Geheniaux est un nom établi dans le milieu des coloristes les plus en vue de France dont les époustouflantes transformations qu’il réalise captivent les milliers de personnes qui le suivent sur les réseaux sociaux – 10 000 followers sur Instagram. Jamais blasé, il garde une fraîcheur rare, avouant sans complexe son rêve de coiffer Zazie ou du moins de la rencontrer. Visiblement heureux de sa nouvelle vie.

Son compte Instagram : https://www.instagram.com/ludovicgeheniaux_paris/