Beata Bourillon, l’énergie positive

Beata Bourillon, l’énergie positive.jpg

Ses visuels, shows et formations font le tour du monde. Elle a le don du partage, de l’écoute et l’audace communicative. À 46 ans, Beata Bourillon est en train de se faire un nom.

Ne vous fiez pas à son air sage et sa voix douce. Beata Bourillon a de l’audace à revendre et une volonté bien trempée. Tout commence en 2014, aux Beauté Sélection de Paris (1), Lyon, puis Bordeaux où la profession la découvre lors d’un workshow, en robe noire et col Claudine blanc, entourée de ses Ladys. Elle y explique avec son accent aux “h” aspirés, que “créer des chignons est un jeu d’enfant”, en résonance avec son livre album (2) de réalisations step by step. Deux Polonaises et une Japonaise venues donner des leçons de coiffage aux héritiers d’Alexandre de Paris ? Il fallait un sacré culot. Mais Beata, forte de vingt-deux années en tant que formatrice, connaît parfaitement son sujet. Pluridisciplinaire, elle excelle également en coupe, en témoignent ses formations pour Eugene Perma dont elle rejoint l’équipe artistique en 2015. Ce qui ne l’empêche pas non plus, de maîtriser parfaitement le rasage et la coiffure masculine, résultat de ses années d’apprentissage du CAP jusqu’au BP, auprès de Felice Mazziotta, coiffeur pour homme à Fontainebleau.

Voilà comment se forme le goût de la diversité de cette native de la région de Cracovie, arrivée en France à l’âge de 18 ans et épaulée par un coiffeur d’origine italienne. “Je ne parlais pas un seul mot de français et je mettais tellement de temps à couper les cheveux que les clients s’endormaient”, se souvient-elle amusée. Elle venait tout juste de quitter son pays, ses études de styliste pour rejoindre sa mère qui tenait un atelier de couture à Paris quand elle décida, contre toute attente de se lancer dans la coiffure. “Déjà en Pologne, je séchais les cours pour aller coiffer dans le salon de ma meilleure amie, coiffeuse”, confie-t-elle. Une passion qui ne l’a jamais quittée et un don pour la transmission qui interpella ses examinateurs lors de ses épreuves de BM où elle expliquait avec conviction sa méthode de coupe.

1971
Naissance à Szczecin, Pologne.

1996
Formatrice à l’Academy Jacques Bedfert de Rennes.

2002
Responsable de formation chez Formul’A à Paris.

2013
Auteur du livre de chignons step by step, Ladys in Paris et création du groupe Ladys, destiné à mettre les femmes sur le devant de la scène.

2014
Eugene Perma la remarque lors de son show au Beauté Sélection de Lyon.

2017
Lancement de son séminaire Hair training VIP.

 

Aujourd’hui free-lance, elle anime des stages en France et à l’étranger, travaille régulièrement en salon “pour ne pas me couper de la réalité”, explique-t-elle. Et alimente la presse de ses collections de coiffure toujours plus abouties, qu’elle réalise en Pologne. Inconnue du monde des studios, c’est à se demander où Beata a pu apprendre tout cela ? Longtemps, elle a observé puis participé au travail des visuels chez Jacques Bedfert, mais aussi à ceux de Vog, orchestrés par un certain Christophe-Nicolas Biot, alors qu’elle était chez Formul’A.
Puis, elle s’est lancée, en parfaite autodidacte. Mais son besoin de partage de ses connaissances finit par la rattraper. Elle organise, pour octobre, un séminaire Hair training VIP. Le but : réunir quatre jours à Cracovie des coiffeurs français pour les initier à la coiffure studio et réaliser leurs propres visuels. En attendant, Beata continue à se produire avec ses Ladys afin de valoriser le talent des femmes, insuffisamment représentées sur la scène coiffure. Un combat qui se fait dans la convivialité, sans pour autant exclure les hommes, ravis de leur passer les épingles. Beata a l’art d’insuffler une énergie positive et de partager ses succès. Cela valait bien un portrait !

(1) Retrouvez l’interview vidéo de Beata et ses Ladys au MCB by beauté sélection 2014
(2) Ladys in Paris.

Par LAURE-EMMANUELLE BONILLA



Offrez cet article à votre meilleure amie. Profitez de cette occasion pour lui prouver votre amitié !