Corado Natola

Corado Natola-ECHOS COIFFURE-portrait.jpg

> Portrait >

Corado Natola - Tout pour la coiffure


Inaltérable apôtre de la matière capillaire, le coiffeur belge Corado Natola se distingue par son sens de l’harmonie, des formes et des couleurs. Un univers nourri de références aussi éclectiques qu’érudites. Rencontre avec ce créateur mesuré et réfléchi.

Dès que je finissais l’école, je filais dans le salon de ma sœur pour me rendre utile et apprendre par la même occasion, la gestuelle et les techniques.”
— Corado Natola

La coiffure, chez les Natola, est, avant tout, une histoire de famille. Il y a l’oncle, coiffeur, la nièce, coiffeuse et la sœur aînée, Carmela qui a un salon à Boussu, dans la province de Hainaut en Belgique. Et Corado, le petit dernier, d’une fratrie de sept enfants, qui suit des études de coiffure à 15 ans. Bon élève, ses parents, un père mineur et une mère, femme au foyer, le poussent à réussir dans le métier. “Dès que je finissais l’école, je filais dans le salon de ma sœur pour me rendre utile et apprendre par la même occasion, la gestuelle et les techniques.” Il quitte le cocon familial, s’installe à Paris, chez Formula, pendant cinq ans et passe ses diplômes. Corado ne se souvient pas avoir eu envie de faire autre chose que de la coiffure. Curieux de tout, il s’intéresse aussi au make-up, à l’art, à la mode, surtout. Il s’inspire des stylistes qui travaillent les matières, les textures et les formes intéressantes. “Une pièce réussie traverse le temps. Il y a un rapport affectif indéniable aux vêtements, rappelle-t-il. Ils font notre quotidien, peuvent nous rassurer, nous aider à nous sentir bien. Eh bien c’est la même chose pour une coiffure avec ses lignes directrices, ses volumes, ses nuances.”

Corado Natola-ECHOS COIFFURE-alternative.jpg

Corado apprend le métier à une vitesse incroyable, travaille sans relâche et finit par remporter un titre prestigieux : le concours du Meilleur Artisan de Belgique, en 1994. Son travail est repéré par la société Indola. Et en 1996, la firme lui propose formations et collections en freelance. La collaboration va durer jusqu’en 2011. Il réalise des missions pour d’autres marques comme Schwarzkopf Professional, Tigi avant de s’investir davantage avec Wella Professionals. Au même moment, les récompenses tombent car Corado aime l’effervescence des concours. Il remporte le Trendvision Award en Belgique, le Gala Prestige ou encore le 1er prix Community Hair Challenge. Il participe également aux Hairdressers Award, une compétition de coiffure sur photographies, destinée aux coiffeurs de Belgique et du Luxembourg. Pourquoi une telle ébullition ? “J’ai une soif de créer”, explique-t-il sobrement, tout en nous commentant avec émotion ses visuels. Que du bel ouvrage, impressionnant de simplicité et de précision : des photos de presse, des polaroïds, tout un travail personnel qui campe bien le personnage, un artiste, la tête dans les étoiles et les pieds sur terre. Pour preuve, ce salon à Boussu, doté de quatorze places de coiffage et d’un centre de formation. Le travail qu’il y accomplit, avec ses huit collaborateurs est, pour lui, aussi important que le reste. Sa marque de fabrique ? La fusion des techniques de coupe et de couleur dans un style intemporel à l’image du design qu’il affectionne. Et, toujours, chez lui, cette volonté de progresser. Il enchaîne les formations et les séminaires à Paris, Londres, Barcelone mais également à l’étranger (Las Vegas) : Vidal Sassoon, Toni&Guy mais aussi Laetitia Guenaou ou Franck de Roche. Et adhère à Community Hairdressers Spirit, une communauté artistique, lancée par Patrick Ahmed en 2017. Quand on le voit arriver sur la scène de La Cigale, au dernier Hair Congress de Paris, en septembre dernier, se glissant dans l’ombre pour mieux accompagner ses modèles et les conduire sous les projecteurs, il apparaît comme un homme effacé, attentionné, c’est certain.

Par Joséphine Hopper


Corado Natola-ECHOS COIFFURE-Final-Robot-02.jpg
Corado Natola-ECHOS COIFFURE-model-dames.jpg
Corado Natola-ECHOS COIFFURE-Final-robot-01.jpg