James Dyson

echoscoiffure-business-sur-le-monde-de-la-coiffure-James Dyson-02.jpg
> Portrait >

L’inventeur qui décoiffe, James Dyson


Depuis que James Dyson a fait fortune avec son aspirateur sans sac, le “Steve Jobs de l’électroménager”, comme on le surnomme, n’a cessé de concevoir des appareils révolutionnaires. Notamment les fameux sèche-cheveux pour les coiffeurs. Direction : son campus britannique ultra sécurisé.

Aspirateurs sans sac et dorénavant sans fil, purificateurs d’air, sèche-cheveux…

Dyson n’en finit pas de croître. Le spécialiste de l’électroménager de pointe enregistre un chiffre d’affaires record de 3,5 milliards de livres (soit 3,9 milliards d’euros) en 2017, en hausse de 40 % par rapport à l’exercice précédent et avec un volume de production record à raison de 80 000 unités par jour.

Cultiver l’humilité

Vingt-cinq ans ! C’est le temps qu’aura dû batailler ce designer britannique, diplômé de la prestigieuse école Royal College of Art, avant de connaître le succès. Pourtant, le plus grand investisseur du Royaume-Uni, en termes de recherche, cultive toujours l’humilité. Au siège de Malmesbury, près de Bristol, en plein cœur de la campagne verte anglaise, les bâtiments Recherche et Développement de l’entreprise ne cessent de grandir : 9 000 salariés se pressent dans ce campus pour plancher sur plus de 8 000 brevets déposés.

Lutter contre la frustration

Chercheurs et ingénieurs phosphorent sur des moteurs, la robotique ou encore l’intelligence artificielle. Le secret du succès des innovations de James Dyson ? “Lutter contre la frustration”. La conception des appareils du quotidien n’est pas téléguidée par des études marketing ou financières mais par l’insatisfaction de l’utilisateur. D’ailleurs, c’est en cherchant à réparer son propre aspirateur qu’il a l’idée d’en créer un, sans sac, avec la technologie Dual Cyclone. Mais avant de trouver la bonne formule, il dépose 5 27 prototypes de 1979 à 1984, hypothèque sa maison, est assommé par des crédits bancaires… Il doit son salut aux Japonais qui tombent amoureux de sa technologie.

Un regard neuf

Echoscoiffure-produits-de-coiffure-professionnels-james-dyson-01.jpg

À 46 ans, il crée enfin sa marque, lance la production et la commercialisation de son aspirateur. Les innovations s’enchaînent mais il garde la tête froide. Devenu milliardaire, anobli par la reine en 2007 et consulté par les hommes politiques, James Dyson préfère nommer un ancien de la maison à sa place de PDG. Cet “ingénieur en chef” veut concevoir avec ses ingénieurs-designers des appareils efficaces qui révolutionnent les secteurs : purificateur d’air capable de chauffer ou de refroidir, ventilateur sans pale, aspirateur sans sac et maintenant sans fil, robot 360 Eye, aspirant et connecté, sèche-mains au rideau d’air propulsé à plus de 640 km/h, sèche-cheveux Supersonic ou encore voiture électrique, prévue pour 2020. “C’est la fonction qui dicte le style, souligne Steven Corney, concept director Dyson. Il faut porter un regard neuf sur chaque objet et le repenser intégralement.” Cinq millions de livres sterling sont investis chaque semaine dans le département projet.

Un sèche-cheveux Supersonic

echoscoiffure-portrait-James Dyson-01.jpg

Une des fiertés de James Dyson est un bijou de technologie. En août 2016, la marque se lance sur le marché du capillaire pour les professionnels. “Ce qui est drôle, c’est que le sèche-cheveux est né d’un travail sur l’acoustique du tube de l’aspirateur, précise Steven Corney qui a suivi le projet de A à Z. Nous avons alors testé plus de 250 sèche-cheveux différents pour quanti - fier nos concurrents en termes de vitesse, de séchage, de puissance, d’acoustique et d’autres paramètres de performance. Une centaine d’ingé - nieurs et scientifiques ont travaillé pendant quatre ans. Nous avons investi plus de 50 millions de livres et créé notre laboratoire capillaire pour inventer le sèche-cheveux Dyson Supersonic”, complète Steven.

Des cheveux au kilomètre

Chambres acoustiques, chambre à compatibilité électromagnétique, salles des moteurs, plate-forme de séchage, salle imprimantes 3D, cabine d’imagerie pour mettre en évidence la manière dont l’air sort du sèche-che - veux et comment les cheveux bouclés et à frisottis réagissent… après le test dans les laboratoires sur plus de 1 600 km de cheveux – soit la distance d’un Paris-Rome –, le sèche-cheveux est totalement repensé : le moteur numé - rique, désormais disposé à la verticale, augmente ses performances de 20% grâce à un flux d’air linéaire et une nouvelle turbine au profil plus étroit, paradoxalement plus efficace. Du jamais vu ! Et Dyson poursuit sur sa lancée puisqu’une nouvelle version du Supersonic (cf. pages accessoires) vient d’être dévoilée. L’air de l’innovation continue sans cesse de souffler.

Par Joséphine Hopper



Offrez cet article à votre meilleure amie. Profitez de cette occasion pour lui prouver votre amitié !