Jérémy Blanc

 
Echos-coiffure-magazine-portrait-JeReMY.jpg
 

Exceptionnel

Coiffeur ambassadeur pour L’Oréal Professionnel, membre de la Haute Coiffure française, Jérémy Blanc est aujourd’hui l’un des meilleurs talents de la scène française et internationale. Et pourtant, “c’était pas gagné” !

Par Laure-Emmanuelle Bonilla
Photo : D.R.


Jérémy Blanc est l’exception qui confirme la règle. À lui seul, il fait tomber tous les clichés. Prenons l’idée reçue selon laquelle pour réussir dans l’artistique, il faudrait : un, avoir des relations, sinon du piston. Deux, habiter dans une grande ville pour se faire remarquer. Trois, être sûr de soi et extraverti. Quatre, rêver de coiffure depuis sa plus tendre enfance. Eh bien Jérémy n’est rien de tout cela. D’abord, il n’a jamais voulu être coiffeur, mais danseur. Seulement dans la famille Blanc, la danse n’était pas un métier. Puis, il s’est rêvé couturier pour suivre les traces de sa grand-mère. Cette dernière s’est empressée de l’en dissuader. Alors, il est allé aider sa cousine Daphnée qui tient un salon de coiffure et il a adoré l’atmosphère et le relationnel avec les clientes. Puis, contre toute attente, son armée passée à couper les cheveux des militaires comme des civils n’a fait que renforcer son enthousiasme.

CAP et BP en poche, il ouvre son salon, dès 23 ans. Non pas à Paris, ni même à Poitiers où il exerce depuis dix ans, mais à cinquante kilomètres de là, à Civray, la commune de 2 600 habitants où il a grandi. Il est alors repéré par une formatrice de chez L’Oréal Professionnel, à qui il montre ses photos de coiffures réalisées sur une copine. Quelques jours plus tard, il est contacté par la marque, pour devenir ID Artist. Jérémy accepte non sans crainte : “Je ne me sentais pas capable d’animer des formations, avoue-t-il. J’ai dû me faire violence pour vaincre ma timidité.” Puis il y a la rencontre déterminante avec Laetitia Guénaou. Il lui demande de l’assister et elle lui propose de l’accompagner au Portugal pour une formation. Rapidement, il devient son premier assistant et il ne la quittera plus pendant quatre ans. Laetitia lui apprend rigueur et exigence. “La scène ne supporte aucune médiocrité, du choix des modèles au stylisme, tout a son importance”, souligne-t-il. Telle est, à n’en pas douter, la recette de ses shows millimétrés qui déploient une harmonie et une justesse parfaites. Élégants et accrocheurs, fluides et solides, ils s’inscrivent toujours dans l’air du temps.

1998
Ouverture de son premier salon.
2003
Rencontre avec Pierrick Beringer.
2006
Ouverture de son salon à Poitiers.
2014
Ambassadeur international L’Oreal Professionnel.

Une âme d’artiste

Le salon qu’il n’a jamais abandonné, lui permet de rester connecté avec la réalité. Mais là encore, Jérémy ne fait rien comme tout le monde. Dans une profession à 90 % féminine, il a une équipe 100 % masculine, tout en faisant de la coiffure mixte. “J’ai bien essayé d’embaucher une fille, mais ça n’a pas marché, mes clientes me l’ont même reproché.” À l’heure où la gestion du personnel reste un sujet délicat, ce dernier reconnaît ne pas avoir à se plaindre : “Nos garçons ne sont pas casse-pieds, ils sont contents de travailler chez nous.” Car Jérémy est associé à son compagnon dans la vie, Pierrick, et en retire un parfait épanouissement. Une question de complémentarité ? Plutôt d’affinité : “Nous sommes surtout des artistes, pas des chefs d’entreprise”, avoue-t-il. C’est pourquoi, ouvrir plusieurs affaires ne fait pas partie de ses projets. Il faut dire qu’entre deux avions pour les pays de l’Est, le Mexique ou Casablanca, son agenda est bien chargé. Ses clientes découvrent ses talents de showman sur Facebook ou Instagram sans que Jérémy ne se vante auprès d’elles de sa carrière parallèle. “Ça me gêne quand elles m’en parlent”, confie-t-il. Décidément, dans cette société de l’image, de plus en plus nombriliste, Jérémy fait véritablement figure d’ovni. Est-ce pour cela que son carnet de rendez-vous ne désemplit pas et qu’elles sont prêtes à attendre un mois et parcourir plus de trois cents kilomètres pour qu’il les coiffe ? Pas de doute, Jérémy est exceptionnel.

Son compte Instagram : https://www.instagram.com/jeremyblanc.coiffeur/