Couleurs Gaïa - L’atelier du végétal

Avec Bénédicte Boisdron, créatrice de Couleurs Gaïa, la coloration végétale c’est simple, comme une bonne recette de cuisine.
Ambiance atelier de grands chefs, la convivialité en plus !


15H

Lundi. “Ah moi, je le bats comme une pâte à gâteau”, explique une des participantes. “On ne fait pas une béchamel, rectifie Bénédicte. On peut mélanger au fouet mais pas le battre, surtout le henné, sinon on casse les fibres.”
Moi qui prends la formation en route, j’ai l’impression d’assister à une leçon de Thierry Marx. Manque plus que
les toques. 

couleurs-gaia-l-atelier-du-vegetal.jpg

15h30

Il est aussi question d’écologie. Pour rincer les cheveux, on préconise de stocker l’eau dans la cuvette pour limiter sa consommation. Ou alors de s’équiper d’un adaptateur qui mélange l’air à l’eau et permet de faire de sacrées économies.


15h45


“Et ça ne tâche pas la taie d’oreiller ?” Les idées reçues sur la coloration végétale sont tenaces. “Pas du tout, rassure Bénédicte, même après la première application.” Les questions fusent : “Et si la cliente a la tête sale ? Nous, on fait quand même un shampooing avant au salon.” “Eh bien, ce n’est pas nécessaire, sauf si le cheveu est gorgé de laque ou de produits siliconés, rectifie Bénédicte. Le henné a un pouvoir nettoyant.”


16h


On découvre les palettes techniques développées par Couleurs Gaïa. Ludiques, elles permettent en un coup d’œil de savoir comment procéder. Doit-on faire une ou deux applications ? Tout est fonction de la couleur de cheveu, du pourcentage de cheveux blancs, mais aussi du résultat souhaité.


16h15


La coloration végétale n’éclaircit pas, qu’on se le dise ! Mais sur des bases blanches
ou blond, elle permet d’obtenir une brillance extra et une belle palette de résultat. Bénédicte n’est pas une intégriste du végétal. Elle sait que pour certaines clientes, attachées à leur balayage, il va falloir en passer d’abord par la chimie, mais le cheveu sera ensuite sublimé par la patine végétale.


16h30


“Pensez à faire des photos avant-après de vos clientes pour un meilleur suivi”, explique Bénédicte. Ah bon, mais comment fait-on, quand il faut attendre 48 heures après application pour connaître le rendu ? Bénédicte me rassure : “La plupart des clientes nous envoient maintenant un selfie.” Aujourd’hui, c’est plus facile. Bénédicte se souvient de ses sueurs froides lorsque sa cliente partait du salon avec une teinte kaki qui allait heureusement se transformer en un joli marron cuivré.


17H

Fin des exercices de diagnostics personnalisés. “Et si une blonde ne veut pas de roux ?” “Ce sont effectivement les limites du végétal qui déploie des bases chaudes et cuivrées.” Arriver à développer des tons froids pourrait bien être le prochain défi de la coloration végétale sur lequel Hélène, l’associée de Bénédicte, continue de plancher.


17h30

Je suis bluffée. Moi qui ne connaissais rien à la technique de la coloration végétale, j’ai l’impression d’avoir tout compris. Comparé à la coloration d’oxydation avec ses numéros de hauteurs de tons et de reflets, ça me paraît un jeu d’enfant.


9H

Mardi. Hélène Landreau se tient aux côtés de Bénédicte. C’est touchant de voir ensemble ces deux femmes passionnées qui se sont lancées à fond dans l’aventure du végétal, à une époque où personne n’y croyait. Hélène explique que la palette technique a été réalisée avec des coiffeurs pour être au plus près de leur problématique. Elle parle aussi du Facebook pro de Couleurs Gaïa, un espace où les coloristes se parlent entre eux, échangent leurs recettes, se rassurent. “C’est une grande famille”, renchérit Bénédicte.


9H30
 

Quiz sur les notions vues la veille. On pose les dernières questions qui trottent dans la tête (il y en a qui ont rêvé végétal toute la nuit). “Est-ce que le blond, ça pose sous chaleur ?” “Non, prévient
Bénédicte, sinon il va virer au cuivré.” L’avantage du blond est qu’il très rapide à réaliser, plus rapide qu’avec de la coloration d’oxydation. 
 


10 H

Arrivée des quatre modèles. On se divise en petits groupes pour faire des diagnostics : que voulez-vous ? Plus de brillance, plus de luminosité ? Plus de cuivré ? 
“Je ne veux pas être aussi noire que la dernière fois.” On s’aperçoit vite de la différence de langage entre la femme et le professionnel. 
 


10H30

Bénédicte vient contrôler et donner des conseils. Cynthia veut davantage de précision : “Ça correspond à quoi « une pointe » de blond indien ?” “Dix grammes”, précise Bénédicte. On s’applique à faire les bons mélanges.


11H

Tout le monde se disperse dans les superbes locaux, côté bac ou salon… Bénédicte me demande si je souhaite tester un massage de bain d’huile. Je ne me fais pas prier, heureuse de bénéficier d’une des deux superbes cabines privées où je me crois transportée en Inde. Décor de rêve, gentillesse, massages voluptueux. Que demander de mieux ?


12H30

Je quitte les lieux à regret au moment de la pause déjeuner : le buffet regorge de mets colorés et somptueux. Décidément à Cholet, on sait recevoir.

ECHOSCoiffure a testé
Stage initiation approfondi de deux jours, à Cholet, ouvert à tous.
• Objectif : pratiquer l’application des cinq couleurs végétales sur modèles et connaître toutes les étapes. Niveau : débutant. Durée : 16 heures.
• Possibilité de stage d’initiation d’une journée à Cholet ou à Paris.
Plus d’infos sur
 


Ce qu’ elles en disent :
• Inès : “Je suis très intéressée par la coloration végétale, elle correspond parfaitement à ma clientèle de surfers à Biarritz. J’ai pour projet de coiffer en saison dans un camion.”
• Sarah : “Je viens d’avoir mon CAP
de coiffure et mon CAP d’esthétique. Pour moi, la coloration végétale est une évidence. Et puis, je trouve que c’est plus facile. Peut-être parce que je n’ai pas encore les réflexes de la chimie.” 
• Chantal : “Je ne sais pas encore si je vais prendre la coloration végétale. J’ai peur de ne pas avoir une demande suffisante. Mais pour les soins, c’est sûr, je les ramène au salon.”

Par Laure-Emmanuelle Bonilla



Offrez cet article à votre meilleure amie. Profitez de cette occasion pour lui prouver votre amitié !